Gilbert, maître des Ardenaises

Gilbert, maître des Ardenaises 

 

 


Philippe Gilbert a été incontestablement le meilleur coureur en cette fin de mois d’Avril. Le Belge a écrasé la concurrence durant les classiques. Il n’avait aucun adversaire à son niveau. Retour sur une semaine qui sera sans doute gravé dans la mémoire du wallon. 

Tout d’abord, la belle histoire commença pour lui lors de la Fleche Brabançonne. Il s’imposa au sprint contre Leukemans. Evidement, cette victoire le mis en grande confiance pour la semaine qui aller suivre. 

L’Amstel Gold Race fut la course suivante pour Gilbert. Il partait avec la pancarte de grand favori lors de cette course. C’est un parcours qui lui convenait bien avec un tremplin pour lui en signe d’arrivée. Pendant toute la course, ces équipiers géraient le déroulement de la journée. Andy Schleck avait attaqué à 12 bornes du but car il savait qu’il ne pouvait pas se permettre d’arriver avec le reste du groupes étant donné sa pointe de vitesse assez limité. Mais Gilbert contrôla jusqu’au dernier kilomètre et déborda Schleck avec une incroyable puissance .Il s’imposa en haut du Cauberg avec plusieurs longueurs d’avance sur Rodriguez. Il gardait son titre acquis l’année précédente. La pression est désormais sur ces épaules : " Je suis désormais le Cancelerra des Ardennes"

Second tomme de son aventure : La Flèche Wallonne. La course la moins favorable à Gilbert en raison de son arrivée, le terrible mur de Huy, véritable coup de gorge avec un passage à plus de 25%, ce qui en fait l’un des passages les plus ardus d’Europe. Mais malgré cela, ca ne va pas empêcher Gilbert de s’imposer une nouvelle fois. Avant le départ, il se disait que le belge était venu juste pour accumuler les kilomètres. Il en aura décidé autrement. A 400 mètres de la ligne, il place un démarrage dont lui seul à le secret. Il s’envole vers la victoire et remporte pour la première fois la Fleche. "Je ne sais pas où sont mes limites" s'intérogge désormais Gilbert avant de repenser à la doyenne.

 La plus belle des belles, la Doyenne comme on l’appelle. L’obsession de Philippe Gilbert depuis son plus jeune âge. Il en rêve depuis qu’il est gamin: Liège-Bastogne-Liège. Il habite en bas du lieu culte de la course, la cote de la Redoute. Il la monte tous les jours à l’entrainement en pensant au moment ou il lèvera  les bras à liège. Et il est en passe de réaliser un historique triplé :Amstel, Flèche, Liège. Une fois de plus la course se passe à son avantage. Apres avoir vu un monde fou au passage de la redoute, les Schleck passent a l’offensive dans La roche aux faucons. Seul Gilbert répond à cette accélération. Il le savait, avec les frères Schleck dans sa roue, il lui était impossible de perdre. Mais avec grand panache et force, le belge va porter une accélération en haut d’une petite bosse. Elle va être fatale à Andy avant que celui-ci ne revienne. Il arrive tous 3 à Ans, où est jugée l’arrivée. Ce n’est plus qu’une formalité pour Gilbert. C’est le plus rapide au sprint et il s’impose pour enlever la Doyenne. Il n’y croit pas en arrivant mais il vient pourtant de réaliser son rêve de gosse : " Avant, Liège Bastogne Liège était la course de mes rêves, aujourd'hui je l'ai gagnée. C'est le plus beau moment sportif de ma carrière !" Le Monégasque d'adoption ne cahe désormais plus sa joie !

 

 La plus vienne des course pour conclure un premier triplé.

Velo101.com

 Durant toute cette semaine, Philippe Gilbert a fait preuve d’une grande force dans les 3 épreuves. Il a réalisé un triplé historique et aussi, il a réussi a réunir ce que peut de gens ont fait ces dernières années, les Flamands et Wallon ensemble, dans la joie et la victoire! 

 Paul Minguy

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site