Le mythe du dernier kilomètre

Le mythe du dernier kilomètre

Dans le jargon du cyclisme, la flamme rouge indique le dernier kilomètre de course. C'est le moment où il ne reste plus que deux ou trois coureurs devant le sprinteur, le moment aussi où le moteur de la voiture du directeur de course souffre le plus. C'est aussi le moment ou l'élite des puncheurs peut espérer s'éxtirper du peloton pour "parader" dans les rues de la ville d'arrivée et s'imposer à l'arraché et remporter le baiser de la miss. 

Mais, de moins en moins de coureurs tentent de braver les fous du dernier kilomètre comme diront certains. Pour cela, nous avons interrogé quelques spécialistes du cyclisme pour essayer d'expliquer la chûte du nombre de "victoires de la flamme rouge".

Richard Virenque est pésimiste et pense qu'aucun coureur ne peut rouler plus vite que les équipes de sprinteurs : " Dans le dernier kilomètre le peloton est emmené à vive allure par les équipiers des sprinteurs et c'est tout simplement impossible de pouvoir sortir du peloton tellement ça va vite. Un homme seul ne peut pas lutter contre un peloton à toute allure ! "

Jean-René Bernedeau quand à lui est moins catégorique et préfére dire qu'aucun coureur de son équipe ( Europcar) n'est capable de le réaliser lors de grandes courses.

Seul de grands noms peuvent espèrer faire le "coup" du dernier kilomètre. On se souviendra nottament de la  victoire sur le tour du Suisse Fabian Cancelerra en 2007, profitant d'une petite portion de pavés pour s'imposer en jaune après avoir remporté le prologue de Londres. Plus récemment Peter Sagan a su s'imposer dans Paris-Nice 2010. Le Kazak Alexandre Vinokourov  avait su profiter  d'une bosse à quelques km de la ligne pour s'imposer en solitaire lors d'une étape du tour de France arrivant à Rodez en 2010.

Le dernier coureur qui a su braver les sprinteurs sur les champs-Elysées n'est autre que le même Alexandre Vinokourov, encore lui, qui était sorti a 2 km du but et qui avait terminé en compagnie de Bradley Mc Gee en 2005.

En conclusion, et plus particulièrement sur le plat, c'est la patience d'attendre 219km pour exprimer à fond son talent sur simplement un kilomètre! 

Alexandre Vinokourov, sur les Champs-Elysées en 2005

Sébastien CHAPOTARD

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×