Paris Nice 2011

 

1ère étape :
Ce Paris Nice 2011 ne débutait pas comme chaque année avec un prologue. Non, cette année c'était un parcours, autour d'Houdan, de 154.5km qui attendait les coureurs.
 
La première échappée du jour a lieu au km 15 avec Gorka Izagirre et Damien Gaudin. Ce dernier, passant en tête dans la seule cote du jour, portera le maillot à pois lors de la 2ème étape. Le duo aura jusqu'à 8'15" d'avance sur le peloton. Un peloton qui tout en roulant tranquillement va revenir sur l'échappée trop tôt (40km de l'arrivée).
 
Jérémy Roy en profite pour attaquer. Il est suivi par Jens Voigt et Thomas De Gendt. L'écart va trés vite monter à 1min. Derrière le peloton accélère et provoque des cassures. Pendant une quinzaine de km, il va y avoir une bagarre entre les 2 pelotons. Finalement à 20km de l'arrivée, le peloton se regroupe et l'échappée est à 30s.
 
Le peloton a du mal à revenir sur l'échappée et De Gendt en profite au sprint pour s'impose devant Jérémy Roy. Le peloton est revenu sur l'échappée sur la ligne et du coup, Haussler est 3ème, Voigt termine 6ème.
 
Thomas De Gendt est donc le premier maillot jaune de ce Paris Nice 2011. Il a 6" d'avance sur Jérémy Roy et 9" sur Haussler.
 
Top 5 de l'étape :
 
1) Thomas De Gendt
2) Jérémy Roy
3) Heinrich Haussler
4) Peter Sagan
5) Gregory Henderson

 
Réaction de Thomas De Gendt :
 
Pendant les derniers kilomètres, nous avions moins de 30'' d'avance sur le peloton. Mais nous avons roulé pleins gaz et cela a fonctionné. Je savais qu'avec quelqu'un comme Jens Voigt, il y avait une toute petite chance d'aller jusqu'au bout. Et cela a fonctionné. Je n'aurais jamais pu m'y attendre, ce sera fantastique de porter le maillot jaune demain, j'arrive à peine à y croire.

 

2ème étape :

L'étape du jour amenait les coureurs à Amilly. Le parcours long de 199km était tout plat.

 

L'échappée du jour part trés vite. Des le premier km, Yoann Offredo lance l'offensive. Il est suivi par Maxime Bouet et Tony Gallopin. Aprés 80km de course, Offredo stoppe son effort et laisse filer les deux autres français. 6'15" sera l'avance maximale. Derrière le peloton accélère pour revenir proche du duo.

 

Finalement, l'échappée est repris à une trentaine de km de l'arrivée. Malgré quelques tentatives de bordures, c'est bien un sprint massif qui se prépare.

 

Au sprint, Grégory Henderson (sky) est le plus rapide. Il devance Matt Goss et Denis Galimzyanov. Thomas De Gendt conserve sa tunique jaune avec 4" d'avance sur Henderson et 7" sur Jérémy Roy.

 

Top 5 :

 1) Grégory Henderson

2) Matthew Goss

3) Denis Galimzyanov

4) Heinrich Haussler

5) Peter Sagan

 

Réaction de Grégory Henderson :

J'étais très motivé aujourd'hui, je voulais rester le plus près possible pour me donner une chance de prendre le maillot jaune. C'est toujours fantastique de gagner ici, pour moi c'est in croyable, la plus grande course, c'est l'Everest ! Mais je dois tout cela à mon partenaire Geraint Thomas qui m'a remarquablement emmené dans le final. J'étais juste assis derrière lui, à attendre. Le sprint a vraiment duré longtemps et j'ai eu de la chance de tenir jusqu'à la ligne d'arrivée.

C'était fou aujourd'hui, très nerveux. Tout le monde craignait que le peloton se casse en plusieurs morceaux. Puis il y a eu de nombreuses chutes dans le final. Il fallait absolument rester devant le plus longtemps possible. Maintenant je vais me transformer en équipier, je ne crois pas pouvoir recommencer demain. Je vais apporter mon soutien à Bradley Wiggins et Michael Rogers.

 

3ème étape

L'étape du jour amenait les coureurs à Nuits St Georges après 202km et surtout une ascension de 2ème catégorie dont le sommet est situé à 23km de l'arrivée.

 

Cédric Pineau est le premier attaquant du jour dès le km 0. Il est suivi par Blel Kadri, Jussi Veikkanen, Cyril Gautier et Romain Hardy. Le peloton, amené par les coéquipier de De Gendt, reste vigilent et ne laisse pas plus de 4 minutes.

 

Il faut attendre la cote de 2ème catégorie pour voir Veikkanen tenter de lâcher ces compagnons d'échappée sans réussite. Le finlandais passera en tête. Le peloton n'est pas loin à seulement 14".

 

Alors que l'échappée est quasiment repris, Thomas Voeckler attaque. Blel Kadri est le seul a pouvoir suivre le champion de France. L'écart restera au alentour de 20" mais le duo est repris à 5km de l'arrivée.

 

Dans le dernier virage, Peter Sagan ou encore Yoann Offredo chutent. Au sprint, Matthew Goss s'impose. Le coureur d'HTC devance Haussler et Galimzyanov.

 

Au général, grâce aux bonifications, Matt Goss prend le maillot jaune avec 2" d'avance sur De Gendt et 6" sur Haussler.

 

Top 5 :

 1) Matthew Goss

2) Heinrich Haussler

3) Denis Galimzyanov

4) José Joaquim Rojas

5) Geraint Thomas

 

Réaction de Matthew Goss :

C'est génial. Hier j'en étais tout près, et aujourd'hui j'ai fait un très beau finish. C'est malheureux qu'il y ait eu une chute, mais pour moi c'était parfait. Il y avait beaucoup de virages, mais j'ai réussi à bien les négocier. J'étais un peu en retard juste avant la chicane, mais ma trajectoire a été bonne, tout comme ma vitesse. Pour l'équipe, le principal était de gagner l'étape. Et le maillot jaune, c'est le bonus.

 

4ème étape :

L'étape du jour amenait les coureurs à Belleville aprés 191 km et surtout 7 cotes ou cols à franchir.

 

Le début d'étape est animé avec plusieurs attaques. Mais il faut attendre le km6 pour voir la bonne échappée se former. 5 coureurs arrivent à sortir. On y retrouve Thomas Voeckler, Rémy Di Gregorio, Thomas De Gendt, Rémi Pauriol et Francis De Greef. Rémi Pauriol en profite pour passer en tête dans les cols et De Gendt devient provisoirement maillot jaune après les bonifications des 2 sprints intermédiaires. Aprés avoir laisser l'échappée à environ 5minutes, le peloton décide d'accélérer et de réduire l'écart à l'approche des deux dernières ascension.

 

Mais devant, on ne se laisse pas faire, et le groupe de 5 réussi à conserver un écart d'environ 1 minute. De Greef lâche prise et laisse parti le groupe de 4.

 

L'échappée va résisté au retour du peloton et Voeckler s'impose en devançant Pauriol et De Gendt. Le peloton arrive 13 secondes plus tard.

 

Au général, De Gendt reprend sa tunique jaune. Il a 10 secondes d'avance sur Voeckler et 16 secondes sur Pauriol.

 

Top 5 :

 1) Thomas Voeckler

2) Rémi Pauriol

3) Thomas De Gendt

4) Rémy Di Grégorio

5) Heinrich Haussler à 13"

 

Réaction de Thomas Voeckler :

J'attends depuis 2003, lors de mon premier Paris-Nice, de gagner une étape ici. J'ai aussi été classé deux fois deuxième, dont l'année dernière. C'est donc une grosse satisfaction d'y arriver aujourd'hui. J'avais déjà essayé hier de faire quelque chose, mais ensuite je me suis dit qu'avec les côtes qu'il y avait aujourd'hui, il valait mieux partir de très loin pour se donner plus de chances. Je sais qu'en 2004, j'ai réussi à passer du maillot tricolore au maillot jaune sur le Tour de France. J'aimerais bien pouvoir le faire sur Paris-Nice, mais avec le contre-la-montre de vendredi je ne pense pas avoir la moindre chance de gagner.

 

5ème étape :

C'est une grosse étape qu'attendait les coureurs aujourd'hui. 7 cotes et cols à franchir dont un col de 1ère catégorie à 9km de l'arrivée.

 

Le début d'étape est trés rapide. Plusieurs attaques ont lieu mais aucune n'arrive à s'échapper. Il faut attendre le km 65 pour voir l'échappée se former. On y trouve Lieuwe Westra, Christophe Le Mével, Hubert Dupont, David Lopez Garcia et Romain Hardy. Le peloton laisser filer et l'écart arrivera jusqu'à 4'10".

Il faut attendre un col de 2ème catégorie pour voir l'échappée explosé. En effet, Dupont et Westra lâchent leurs compagnons d'échappée. Le peloton reviendra sur ce duo juste avant l'avant dernière difficulté.

 

C'est alors que la FDJ lance une offensive avec 4 coureurs dans l'échappée (Casar, Fédrigo, Roy et Pineau) suivi par Voeckler, Spilak et Trofimov. Ce groupe va avoir une trentaine de secondes d'avance mais et repris au pied de la dernière ascension.

 

C'est alors que le peloton explose sous le rythme d'Astana. A 2km du sommet, Robert Kiserlovski et Matteo Carrara sortent du peloton. Ils sont rejoint au sommet par Rein Taaramae, Xavier Tondo, Tony Martin, Janez Brajkovic, Andreas Klöden et Samuel Sanchez.

 

Ce groupe va aller au bout et à l'arrivée, Kloden est le plus rapide. Pour quelques cm, il devance Samuel Sanchez.

 

Au général, Kloden prend les commandes à la veille du clm.

 

Top 5 :

1) Andréas Kloden

2) Samuel Sanchez

3) Matteo Carrara

4) Tony Martin

5) Rein Taaramae

 

Réaction de Kloden :

C'est une très belle victoire, et je peux remercier Brajkovic de m'avoir aidé. Il a parfaitement mené le sprint. Je n'aurais jamais pensé que je pourrais battre Samuel Sanchez au sprint. On peut dire que c'est une belle performance de l'équipe. Nous avons bien roulé dans l'ascension, et moi j'avais de bonnes jambes. J'ai réussi à rester avec les meilleurs, et ensuite nous étions deux à l'avant, donc nous pouvions espérer de gagner l'étape. Maintenant je vais essayer de défendre ce maillot, mais il by a encore trois étapes difficiles, alors nous verrons jour après jour. Demain nous avons un contre-la-montre difficile, j'espère que j'aurai encore les mêmes jambes.

 

6ème étape :

Aujourd'hui un contre la montre de 27km attendait les coureurs.

 

Grand favoris de cette étape, Tony Martin a montré qu'il était la pour gagner ce Paris Nice. Il s'impose et creuse les écarts. En effet, Le deuxième, Bradley Wiggins, termine à 20 secondes. Richie Porte, 3ème, est à 29 secondes.

 

Le maillot jaune, Andréas Kloden, réalise un bon chrono en terminant 4ème mais ça ne suffit pas. L'allemand n'aura garder sa tunique jaune qu'une seule journée.

 

Le grand vainqueur du jour est donc Tony Martin. Ce n'est pas une surprise, beaucoup de personne l'attendait à ce niveau. Au général, le coureur d'HTC possède 36 secondes d'avance sur Kloden et 39 secondes sur Wiggins.

 

Top 5 :

1) Tony Martin

2) Bradley Wiggins à 20"

3) Richie Porte à 29"

4) Andréas Kloden à 46"

5) Jean Christophe Peraud à 55"

 

Réaction de Tony Martin :

Mon but était de remporter cette étape, sur laquelle j'étais favori. C'étais dur mais j'y suis arrivé, et maintenant j'ai le maillot jaune. Je sais que j'ai une bonne équipe autour de moi pour défendre le maillot, et j'ai envie de le ramener à Nice. Alors je suis confiant. Je sais qu'il faudra prendre garde à tous les coureurs qui sont présents dans le Top 10, mais nous allons surveiller de près les coureurs de RadioShack, Klöden et Brajkovic. Ils sont deux à pouvoir attaquer, et peuvent se montrer très dangereux.

 

7ème étape :

L'étape du jour, longue de 214km, était difficile. Déjà par son profil avec 4 cols de 1ère et 2ème catégorie et un final vallonnée. Mais rajouté à ça, le vent et la pluie et voila qu'on pouvait avoir des surprises.

 

Le début d'étape est très animé avec de nombreuses attaques mais le peloton revient à chaque fois. Il faut attendre le km82 pour avoir la bonne échappée. Karsten Kroon et Eric Berthou réussissent à partir. L'écart ne dépassera pas plus de 6'50". La Garmin veille et se rapproche de l'échappée. Malheureusement, la pluie rend les routes glissantes et de nombreuses chutes ont lieu avec Haussler, Van Garderen...

 

L'échappée est finalement repris à 13km de l'arrivée. C'est à ce moment là que Rémi Di Grégorio attaque. Le peloton ne le reverra pas. Le français gère parfaitement les derniers km et s'impose en solo. Il devance de 5 secondes Samuel Sanchez et Rigoberto Uran.

 

Tony Martin conserve son maillot jaune à la veille de l'arrivée à Nice.

 

Top 5 :

1) Rémi Di Grégorio

2) Samuel Sanchez à 5"

3) Rigoberto Uran à 5"

4) Andréas Kloden à 7"

5) Tony Martin à 7"

 

Réaction de Rémy Di Grégorio :

Un moment comme celui-là, ça me manquait. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas levé les bras sur une belle étape. J'ai beaucoup travaillé pour cela et je me suis remis en question. C'est sûr qu'on ne m'attendait plus beaucoup, mais cette victoire je suis allé la chercher, alors je suis vraiment heureux. Cette semaine toute l'équipe Astana a beaucoup travaillé, et je me suis même demandé à un moment si je devais attendre Vinokourov, mais mon directeur sportif m'a dit d'y aller.

Le final était vraiment très long. J'ai même failli tomber, car il faut prendre des risques, mais ils étaient tout de même mesurés. Je n'arrivais pas à y croire, mais une fois à 100 mètres de l'arrivée c'était la délivrance.

 

8ème étape :

L'étape du jour autour de Nice comportait plusieurs cols de 1ere et 2ème catégorie. Comme la veille, la pluie a rendu les conditions difficiles.

 

Après quelques attaques en début d'étape, il faut attendre le km37 pour voir la bonne échappée se former. On y retrouve Lopez Garcia, Vinokourov, Busche, Pauriol, Carrara, Didier, El Farès, Voeckler, Izagirre Insausti et Ulissi.Gerdemann qui était dans l'échappée va être distancé à cause d'une crevaison. Il ne reviendra pas sur les hommes de tête.

 

Dans la montée vers la Turbie, le groupe diminue avec notamment Pauriol qui est distancé. Au sommet, l'avance n'est que de 1'25". Dans la dernière ascension, Voeckler et Ulissi se retrouve seul en tête. Dans le peloton, Samuel Sanchez passe à l'offensive.

 

Dans la dernière descente, Voeckler distance Ulissi. Le français s'envolle vers sa 2ème victoire de la semaine. Ulissi termine deuxième à 23 secondes. El Farès est 3ème à 1'06" juste devant Samuel Sanchez. Le peloton arrive à 1'22".

 

Tony Martin remporte ce Paris Nice 2011 devant Kloden et Wiggins.

 

Top 5 de l'étape :

1) Thomas Voeckler

2) Diego Ulissi à 23"

3) Julien El Farès à 1'06"

4) Samuel Sanchez à 1'06"

5) David Lopez Garcia à 1'06"

 

Classement général :

1) Tony Martin

2) Andréas Kloden à 36"

3) Bradley Wiggins à 41"

4) Rein Taaramae à 1'10"

5) Samuel Sanchez à 1'13"

 

Réaction de Thomas Voeckler :

Aujourd'hui je n'ai rien calculé, car pendant l'échappée nous étions nombreux, le peloton roulait sur nous en raison de la présence de Carrara. Du coup c'était très nerveux et il fallait rester concentré. Je n'ai commencé à penser à la victoire d'étape que sur la fin. Quand je me suis dit que ça pouvait le faire, j'ai attaqué dans la descente et j'ai pris de gros risques. Je pensais être trop vieux pour faire ce genre de choses ! En même temps je me disais que c'était mieux d'attaquer de loin, en me rappelant de mon expérience au sprint l'année dernière.

C'est génial de repartir avec deux victoires d'étape, je préfère cela à une 10ème place au classement général. C'est le vélo que j'aime, c'est grisant. Dans une étape comme aujourd'hui il y a de l'émotion, car c'est une fierté de s'imposer dans des conditions aussi difficiles.

 

Réaction de Tony Martin :

C'est vraiment génial, c'est le plus gros succès de ma carrière. Je suis heureux : il me faudra un peu de temps pour réaliser, mais je ressens des frissons de victoire. Hier j'ai eu très froid, c'était très dangereux dans les descentes et je suis très content de ne pas avoir chuté. Je n'étais pas encore certain de gagner aujourd'hui, car il y avait de très bons coureurs face à moi. Mais tout s'est bien passé finalement. C'est fantastique de débuter la saison de cette façon, cela me donne beaucoup de confiance pour les prochaines courses. Il est certain que mon but, c'est de faire un beau Tour de France. J'espère que je peux le faire. Je suis prêt pour le Tour.

source réaction : letour.fr

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×